Enfants ( 3- 11 ans)

Ensemble, les faire grandir dans la confiance !

 On est débordés à la maison, j’ai l’impression d’avoir deux vies avec mon travail. Je n’ai jamais de temps pour moi..Tout est speed. Mon enfant est toujours en train de bouger, il  ne tient pas en place, c’est épuisant… Est t-il hyperactif ? Comment l’apaiser? 

 Il est très bagarreur, c’est la terreur de l’école,  la maîtresse se plaint.. A la maison il pique des crises, refuse d’obéir, il faut répéter constamment les même choses, on n’en peut plus ..et les punitions ne font rien… Avez-vous une solution ?

Mon enfant pleure tous les jours avant d’aller à l’école, il refuse toute séparation. Je ne comprends pas d’où cela vient.. Depuis quelque temps,  il se plaint de maux de ventre fréquents sans cause médicale. Que faire ?

Chaque soir c’est la même chose, le cirque pour aller dormir, elle  fait des cauchemars, mouille son lit..  J’ai divorcé quand elle avait un an,  cela se passe mal avec le beau père et elle est jalouse du futur bébé. Comment lui faire trouver sa place, elle a l’impression qu’on ne l’aime pas… ?

Est ce grave Docteur? 

Des difficultés vous inquiètent, vous êtes un peu perdus et souhaitez y voir plus clair. Souvent, ce n’est pas grave et quelques séances suffisent à remettre les choses à leur place ! Emmener son enfant chez le psychologue n’est pas un échec, mais une solution pour vous aider. Pris par le temps ou l’affectif, on est parfois trop impliqués, trop proches et on a besoin de recul.

Car il vaut mieux prévenir que guérir : Plus ce qui vous inquiète est pris en charge tôt, plus les difficultés se débloquent rapidement. Ainsi on évite que ce qui était bénin et non soigné dans l’enfance, devienne plus grave à l’adolescence.

L’enfant ressent les difficultés ; mais il a du mal à  gérer ses émotions. Il a besoin avant tout d’être rassuré.

Sa souffrance psychologique peut se traduire de différentes manières et survenir face à des changements plus ou moins importants et visibles, au sein de la famille, de l’école, du couple, du travail. 

Symptômes 

Malheureux, se  croyant nul ou se pensant mal aimé par sa faute, l’enfant exprime

sa souffrance à sa manière, qui est la sienne et qu’il faut savoir décrypter 

* Une chute des résultats scolaires, des difficultés d’apprentissage

* Des peurs envahissantes qui peuvent parfois  cacher  des sentiments dépressifs

* Des cauchemars fréquents, des difficulté à s’endormir, une énurésie nocturne ou diurne

* Des changements dans le comportement face aux autres : forte agressivité ou timidité marquée

* Une sur-activité difficile à contrôler, à la maison comme à l’école ; alliée à l’impulsivité et aux refus d’obéir

* Des difficultés de concentration et d’attention

* Une incapacité ou des difficultés à rester seul, à se séparer 

* Plus petit, il  pourra exprimer  son mal être par des troubles de l’alimentation et du sommeil, du langage,   de la propreté, des pleurs incessants, l’incapacité à jouer ou dormir seul

Ces symptômes  peuvent cacher des problématiques liées à des changements survenus :

Dans la famille :  une séparation parentale, des disputes conjugales, un deuil familial, l’arrivée d’un nouvel enfant, un déménagement qui amène la perte des repères affectifs et spatio-temporels,

A l’école : l’arrivée dans une nouvelle école, le harcèlement scolaire, la peur de ne pas  réussir,  le manque d’amis..

Dans le développement de l’enfant : la précocité ou la déficience intellectuelle, le handicap, les troubles du développement, le sentiment d’être différent et bien souvent incompris…

Concrètement, comment se déroule le suivi ? 

Mon but : apprendre à votre enfant à : 

Réussir à s’endormir le soir dans le calme

Canaliser son agitation dispersée

Mettre son énergie  dans des activités apaisantes

Réapprendre à apprendre

Exprimer sa colère dans le respect et non la violence

Gérer la frustration et être heureux sans tout  avoir

Se séparer avec le sourire

Rétablir sa concentration

Retrouver confiance en lui

Se faire des amis et vaincre sa timidité 

Je rentre avec votre enfant dans son monde intérieur. C’est un voyage dans le temps.  Nous re-parcourons  son chemin de vie depuis sa conception, pour réintégrer les évènements difficiles. Je mets des mots sur ce vécu non compris pour qu’il puisse avancer en toute sérénité. 

Une relation fondée sur la bienveillance et la collaboration

C’est vous parents, qui emmenez votre enfant chez le psychologue. Mais sans la volonté de votre enfant, le suivi ne peut avoir lieu ou sera inefficace.  Il a ses idées bien à lui sur la situation difficile que vous évoquez.  Cela veut dire qu’au terme de la première séance, il fait le choix de revenir ou non.

La première consultation se fait toujours avec vous et votre enfant. Elle dure une heure et demie. Elle est consacrée à  son histoire, la compréhension de la problématique et les caractéristiques de la vie familiales.  Lors des séances suivantes,  je reçois votre enfant seul. Un point est fait régulièrement avec vous.

Je vous fais part de mes observations et analyses cliniques, et vous propose un dispositif thérapeutique. Un bilan psychologique peut vous être proposé dans certains cas. Avec lui,  avec/et devant vous, nous fixons l’objectif qu’il souhaite réaliser, en harmonie avec le vôtre. Ainsi, IL est ACTEUR de SON changement. Et NOUS COLLABORONS. Avec lui et avec vous.  

Un suivi personnalisé et adapté

Chaque enfant a une manière d’entrer en relation particulière, des besoins spécifiques. Aussi j’adapte chacun de mes outils au fur et à mesure des séances aux besoins et à la personnalité de l’enfant, parfois nous en créons ensemble. Les méthodes ne sont que des supports et l’enfant nous guide vers ce qui lui convient le mieux.  Ce qui est important c’est qu’il vienne avec plaisir, pour progresser ! Bien sûr il apprend aussi à respecter les règles et les limites posées au cabinet.

Des outils et des méthodes ludiques et diversifiés

La méthode de Bernadatte Lemoine est spécialisée dans le traitement de l’angoisse de séparation.

Elle vient : mettre à jour et permettre d’intégrer  par la mise en mots, les événements du passé douloureux pour l’enfant, surtout ceux qui n’ont pas été dits, où l’enfant n’a pu être rassuré.

Elle lui apprend aussi à accepter les règles et les frustrations, en vous donnant des guides et repères au quotidien.

Une approche psycho-corporelle intégrative 

Par la prise de conscience du corps, de ses sensations, la méthode Vittoz vient compléter ce travail d’autonomie et de gestion des émotions.

Elle est précieuse pour apprendre à l’enfant à : se concentrer, être calme, mieux mémoriser ses leçons et gérer ses petites anxiétés (timidité, trac)..

Les exercices issus de la Pleine Conscience (que l’on connait par exemple avec :” calme et attentif comme une petite grenouille“) et de la Sophrologie viennent contribuer à cette évolution pour une unité corps- coeur -esprit essentielle.

La thérapie par la jeu issue de la Psychanalyse, peut être utile pour certains enfants au départ, qui parlent plus avec le corps qu’avec les mots, (bagarres, coups, cris, jeux désordonnés, sans but ni réciprocité).

Elle permet ainsi d’accéder par le jeu thérapeutique, à des niveaux supérieurs et adaptés de communication : exprimer ses émotions et prendre en compte celles de l’autre, collaborer  vers un but.

Chaque suivi est unique. L’enfant à son  rythme  apprend à identifier et  exprimer  ses émotions de manière adaptée.

L’art thérapie est précieuse. Elle fait acquérir des compétences, développer la confiance en eux, activer leurs ressources.. Une évolution dans la créativité !

Les médiateurs utilisés sont choisis avec l’enfant selon ses goûts et selon ce qui lui convient face à la problématique thérapeutique. L’enfant repart avec ses créations !

Face aux difficultés lui apprendre à rebondir

Utiliser les ressources propres à l’enfant, ce qu’il aime faire. Construction de maison en lego, animaux en divers matériaux, travail avec le sable, la pâte fimo, le dessin, les playmobils ou les legochima…